Rechercher
  • Laurent Guiraud

Mémoire et croyances... le dernier article de l'année 2019

Vous vous dites que vous avez mauvaise mémoire ?

Bonne mémoire ou mauvaise mémoire cela n'existe pas ! Souvenez-vous de cela.


(Oh l'autre mais qu'est qu'il raconte encore d'absurde ?)


Comme pour tout, il y a juste des cerveaux entraînés et d'autres non entraînés, des mémoires entraînées et d'autres pas ; Je reviens sur ça, mais c'est une réalité.

Ceux d'entre vous qui ont suivi et réalisé les exercices sur les croyances limitantes, qui l'ont expérimenté l'ont constaté :




Votre cerveau est configuré pour confirmer en permanence ce en quoi vous croyez. Et il excelle dans ça.


Si vous répétez tout le temps « j'ai une mauvaise mémoire » vous vous conditionnez à avoir une mauvaise mémoire, votre cerveau valide ce que vous lui demandez et vous donne donc : une mauvaise mémoire.


Toutes vos pensées, ou presque, toute votre programmation interne s’ordonne de cette façon ; Pourquoi ? Parce qu'il s'agit du même super système que celui des croyances limitantes : la formation réticulée ; Sa spécialité est de valider et trouver ce sur quoi vous portez le plus votre attention, ce sur quoi vous avez fait le focus (exemple votre nouvelle robe, votre nouvelle voiture…). Cf exercice croyances limitantes.


Votre dialogue intérieur, c'est clairement ce qui vous dirige et programme votre cerveau, comme si vous étiez un programmeur en train de taper du code source. L'entraînement de votre cerveau passe donc aussi par l'auto conditionnement que vous mettez en place. Des exercices mémos techniques, la gestion du stress, la respiration vont entraîner et améliorer votre mémoire, mais il est nécessaire de modifier vos comportements auparavant, c’est même indispensable.

Imaginez, un instant, que vous êtes un enfant durant une épreuve sportive, entendre vos parents, amis, famille vous soutenir et vous encourager va vous aider à progresser et sûrement à réussir, à donner le maximum n'est-ce pas ?


Alors faites la même chose avec vous au quotidien.

Arrêtez de vous saboter avec vos auto-critiques, avec les jugements que vous portez sur vous, la critique est utile pour sa part de remise en question et de progrès et uniquement cela ; Elle doit vous aider à progresser et pas vous enfoncer. Ne soyez pas trop dur avec vous-même, ni cruel face à vos erreurs, ne laissez pas les critiques négatives vous perturber et vous rabaisser.

A partir de ces critiques et de ce dialogue intérieur nous créons des habitudes de fonctionnement, comme l'auto sabotage et au fur à mesure ses habitudes nous modélisent et nous sculptent, nous façonnent. Si nous entretenons cela alors nous mettons notre énergie au mauvais endroit ; En faisant cela vous vous imposez une souffrance. Il faut alors se questionner dans quelle mesure souhaitez vous avancer, être heureux à partir du moment où vous prenez du plaisir à raconter votre malheur et comment vous êtes malheureux.


Si je résume : 1. Vous vous conditionnez avec des idées comme « je suis nul », « je ne mérite pas » « j'ai mauvaise mémoire » « c'est toujours pareil, je ne retiens rien » 2. Votre cerveau va essayer de répondre aux demandes que vous lui faites, il souhaite combler vos attentes et va donc aller chercher et vous amener vers la requête que vous faîtes. 3. Ce que vous avez demandé arrive 4. Vous prenez une part de plaisir, de satisfaction à épancher comment vous êtes malheureux dans la situation, que vous avez expressément demandé à obtenir dans le paragraphe 1.


Durant les étapes 1 et 4 vous mettez clairement votre énergie au mauvais endroit .


Je le répète mais ce qui se joue dans la réalité, c'est que vous programmez littéralement votre cerveau à faire en sorte que vous arriviez à un échec.

Si vous programmez des phrases négatives régulièrement alors vous allez passer 95% de votre vie, de votre journée à vous saboter vous-même ; 95% de notre comportement est directement lié à notre subconscient et le subconscient lui, a besoin de répétition pour apprendre :

Regardez quelles sont les phrases que vous avez répété et que, par conséquent, il a interprété comme réalité de vie, comme but à atteindre… Voyez à quel point, ici, il est important de choisir ce que vous programmez dans votre esprit ; Si vous n'êtes pas capable de visualiser ou de penser à votre succès, votre bonheur, dans votre esprit alors : Comment allez-vous l'attirer dans votre vie ?

Donc ne vous conditionnez pas à avoir « mauvaise mémoire » avant même d’avoir commencé.

La mémoire se travaille, exactement comme un muscle : plus vous aller la solliciter et plus elle va se développer.

Votre hygiène de vie a un impact important sur vote mémoire : La pratique d’une activité physique, favorisant la circulation du sang et l’oxygénation optimale du cerveau. Votre alimentation : votre cerveau à besoin de nutriments et d’une alimentation diversifiée. Votre sommeil vous permet de récupérer et il comporte des phases d’assimilation et de consolidation de vos acquis.

Vous pouvez stimuler l’expansion de votre mémoire avec des exercices simples : Comme par exemple se brosser les dents tous les matins avec votre main non-habituelle, exercice assez drôle d’ailleurs ; Changez l’ordre de vos habitudes matinales, assez perturbant au départ. Mettez en place des solutions contre le stress, arrêtez de fumer, travailler sur vos troubles anxieux qui nuisent au maintien de votre mémoire. Apprenez à vous souvenir de vos rêves, en vous conditionnant le soir au coucher, utilisez l’autosuggestion pour cela et au matin AVANT de vous lever, yeux fermés, pensez à vos rêves, essayez de récupérer le plus d’informations possibles, peu importe l’ordre ou le sens, puis notez sur un carnet. Apprenez à mémoriser les prénoms des personnes que vous rencontrez, déjà en répétant le prénom quand on vous présente la personne et ensuite en associant à ce prénom un jeu de mot, l’origine du prénom, sa signification, la couleur des yeux de la personne…


Voici quelques exercices à tester, je vous en donnerai d’autres prochainement à retrouver aussi sur le Thérablog