top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteur Laurent Guiraud

Les bienfaits du sevrage alcoolique sur le cerveau.



Une équipe de chercheurs américains a dévoilé début novembre des conclusions remarquables sur les conséquences de l'abstinence d'alcool sur la structure cérébrale.


Les résultats de leur étude mettent en évidence des améliorations significatives au niveau du cortex cérébral, chez les participants abstinents à la consommation d'alcool pendant environ sept mois et demi. Après cette période d'abstinence, l'épaisseur corticale des participants a été rétablie de manière quasiment équivalente à celle du groupe témoin non alcooliques dans une majorité des régions du cerveau. (24 sur 34 zones )



Timothy Durazzo, l'auteur de l'étude, a souligné le manque d'informations dans le domaine des troubles liés à la consommation d'alcool, en particulier en ce qui concerne la manière dont la structure du cerveau se rétablit après une abstinence prolongée.

Dans ses commentaires à Psypost, il a noté que leur étude se distingue en étant la première à démontrer une récupération significative de l'épaisseur corticale dans plusieurs régions chez ceux qui suivent un traitement pour des troubles liés à la consommation d'alcool, après environ 6 à 7 mois d'abstinence post-traitement. "L'épaisseur corticale est génétiquement et phénotypiquement distincte des autres mesures structurelles, telles que le volume et la surface ; par conséquent, évaluer les changements dans l’épaisseur corticale avec une abstinence prolongée contribue à une meilleure compréhension de la façon dont la structure du cerveau se rétablit avec la sobriété ".


La durée et la quantité de consommation d'alcool jouent un rôle crucial.

Pendant la période d'abstinence, 88 personnes souffrant de troubles liés à l'alcool ont été soumises à des examens d'imagerie par résonance magnétique (IRM) à une semaine, un mois et sept mois et demi après avoir cessé de boire.

Leurs résultats ont été comparés à ceux de 45 personnes témoins non fumeuses et non affectées par des troubles liés à l'alcool et à la dépendance à l'alcool.


Les participants masculins de l'étude avaient tous consommé plus de 150 boissons alcoolisées par mois pendant au moins huit ans, tandis que les participantes avaient consommé plus de 80 verres par mois pendant au moins six ans.

Les chercheurs ont constaté une corrélation entre une consommation d'alcool plus élevée au cours de l'année précédant l'étude et une récupération réduite de l'épaisseur corticale, suggérant que la quantité et la durée de la consommation d'alcool peuvent influencer le rythme de récupération et de rétablissement.


"La taille de l'échantillon lors de l'évaluation de suivi après 6 à 7 mois était modeste et la relation entre les améliorations de l’épaisseur corticale, les troubles et symptômes psychiatriques et les mesures de la fonction cognitive et de la qualité de vie doivent être examinés." selon T. Durazzo


En outre les personnes fumant ont une récupération beaucoup moins efficace que les non-fumeurs. Ces résultats suggèrent ainsi qu'un arrêt simultané de la consommation d'alcool et de tabac pourrait conduire à des résultats nettement plus favorables pour la santé... ce dont on se doutait un peu mais là nous en avons la preuve !












Quand commençons nous à vous retrouver VOUS et vous libérer des ces chaines qui vous emprisonnent et vous empoisonnent ?









Liens sources :



Posts récents

Voir tout

Opmerkingen


bottom of page